Harman Kardon Aura Studio 2 : Doit-on faire le choix du design plutôt que de la qualité ?

Avec ce test d’une enceinte Bluetooth destinée à vous permettre de diffuser de la musique dans les différentes pièces de la maison, nous avons aussi souhaité nous poser la question de l’importance du design lors de l’achat d’un objet. Si le design de cette enceinte est pour le moins remarquable, il cache des défauts majeurs concernant sa fonction première : la diffusion de musique. Doit-on alors faire le choix du design plutôt que de la qualité dans ce cas ?

Présentation de l’enceinte Harman Kardon Aura Studio 2

L’enceinte Harman Kardon Aura Studio 2 est la deuxième génération d’une gamme dont le premier modèle date de 2013. En apparence, l’Aura Station 2 reprend les codes de sa devancière, s’imposant comme une enceinte sans fil lumineuse. « Novateur » sommes-nous tentés de dire étant donné la rareté de la fonction lumineuse sur un tel appareil. Cependant, n’oublions pas, qu’après tout, l’Aura Station 2 reste une enceinte et qu’en tant que tel, elle se doit de respecter un minimum en termes de fonctionnalités. Est-ce le cas ? Ce test nous en dira davantage.

A lire en complément : Comment personnaliser ses objets déco en utilisant des feutres ou des marqueurs ?

A découvrir également : Comment utiliser la vitrophanie pour attirer des clients dans son restaurant ?

Un design futuriste, et quoi d’autre ?

Ce qu’on remarque tout de suite sur l’enceinte Harman Kardon Aura Studio 2, c’est bien son design. Contrairement aux enceintes de sa génération, l’appareil a une structure majoritairement vitrée, avec des courbes esthétiquement irréprochables.

A lire en complément : Design d'hôtel de luxe à découvrir grâce à Staycation

Avec des teintes légèrement sombres, le dôme de l’enceinte offre un véritable contraste lumineux qui en fait une enceinte d’une élégance remarquable. Des détails esthétiques déjà présents sur la précédente génération et que le fabricant Harman/Kardon a reconduits, non pas sans succès. En effet, de souvenirs d’amateurs d’enceintes, jamais aucun modèle ne s’est aventuré sur un terrain similaire. En clair, l’Aura Station 2 est ce qu’on pourrait appeler un véritable ovni dans l’univers des enceintes.

A lire également : Le top 5 des formations en design pour 2019

Un ovni, c’est bien ce qu’est cette enceinte Harman Kardon Aura Station 2 puisque ce magnifique design rappelle davantage sa fonction lumineuse que son statut d’enceinte. Cela peut-il être considéré comme un top ou un flop ? Apparemment, le mixte « 2 en 1 » proposé est visuellement plus « 1 en 1 » qu’autre chose, puisqu’en raison de ce look, cette enceinte Harman Kardon se rapproche plus d’une lampe de chevet.

Le haut-parleur étant dissimulé sous l’appareil, son versant d’appareil audio est imperceptible du premier. Idéal pour l’effet de surprise, diriez-vous. On y consent. D’ailleurs, Harman Kardon semble assumer ce choix bien audacieux pour le plus grand bonheur des adeptes de la simplicité. Cependant, cette audace est-elle justifiée ? Il faut s’intéresser à la fiche technique de l’enceinte pour le savoir.

Enceinte multimédia ? On se le demande !

C’est avec un peu d’espoir que nous poursuivons ce test de l’enceinte Harman Kardon Aura Station 2, espérant que cette première impression mitigée à propos du design et de la dominance de la lampe sur l’enceinte ne se remarquera pas dans les fonctionnalités.

Malheureusement, il semblerait que le fabricant Harman Kardon ne se soit inspiré de la première génération d’Aura Station que pour son look. Pour ce qui est des fonctionnalités, la déception est grande. En effet, les seuls signes permettant de soupçonner qu’il s’agit d’une enceinte sont les sorties incrustées dans le cerclage de la partie inférieure de l’Aura Station 2.

Ceux-ci se résument au câble d’alimentation, l’enceinte n’étant malheureusement pas autonome, au bouton d’allumage, aux commandes de réglage du volume et à l’appairage Bluetooth, à qui l’appareil doit son statut d’enceinte sans fil. Le fabricant a tout de même daigné équiper son enceinte d’un port mini-jack 3,5 mm.

Du reste, la fonction de lampe revient au galop, avec les boutons d’activation et d’extinction des effets lumineux. Aucune entrée USB ni Ethernet n’ont été prévus. Pour la navigation entre les pistes, la mise en marche et la sélection du mode de connexion sans fil, une petite zone tactile avec écran LED a été prévue.

Au final, comme les équipes techniques du magazine Les Numériques, on se demande ce que cette enceinte a à vendre, n’étant pas totalement digne d’être qualifié d’enceinte sans fil, puisque les fonctionnalités multiroom ou la compatibilité native avec les plateformes de streaming, vous pouvez faire une croix dessus.

Kit main libre, AirPlay et Bluetooth multipoint, les lots de consolation

Harman Kardon Aura Station 2 aura au moins le mérite d’intégrer une prise d’appel, soutenue par un micro intégré grâce auquel il est possible de l’utiliser comme kit mains libres. Grâce à cela, vous pouvez recevoir directement des appels téléphoniques lorsque votre smartphone est couplé à l’enceinte.

Bien que la captation de voix soit correcte, elle aurait gagné à être un peu plus puissante. Résultat de la course, il faut être à proximité de l’enceinte pour utiliser le kit mains libres. Auquel cas, il y a peu de chance de vous faire entendre par votre interlocuteur.

L’unique connectivité de cette enceinte, la connexion Bluetooth, est une version multipoint capable de se connecter à un smartphone et à un ordinateur simultanément. La primeur est donnée au smartphone et en cas d’appel, la connexion Bluetooth avec l’ordinateur est automatiquement rompue. Malgré tout, il existe une certaine latence du Bluetooth de l’ordre de 200 millisecondes. Cela reste une mesure moyenne, propre à la majorité des enceintes et qui provoque un décalage entre le son et les images lors du visionnage de vidéos.

Les propriétaires d’iPhone et d’iPad apprécieront de savoir qu’ils peuvent utiliser la technologie AirPlay pour se connecter à l’appareil. A cela s’ajoute la compatibilité de l’enceinte au DLNA. Malheureusement, aucun Wi-Fi direct n’est disponible, au grand dam des propriétaires d’appareils sous Android.

Par ailleurs, une application est disponible avec l’appareil. En termes de configuration, elle permet surtout d’effectuer les réglages de graves et d’aigus depuis votre smartphone ou votre tablette. Parlant de qualité sonore, il convient de se demander ce que réserve Harman Kardon Aura Station 2 en termes en termes de performances audio.

Qualité sonore : impression un peu mitigée ?

Harman Kardon aura eu le mérite d’avoir réussi un tour de force : intégrer le Soundsticks dans le seul boîtier de cette enceinte, un kit 2.1 composé de deux satellites et d’un caisson de basses. Chaque satellite intègre 3 haut-parleurs à raison de 3 pour les médiums et 3 pour les aigus. Avec cet arsenal, l’Aura Station 2 fait la promesse de délivrer un son puissant sur 360°.

Grâce à cet équipement, Harman Kardon produit un son de bonne qualité. L’harmonie des graves, des médiums et des aigus permet d’obtenir un son chaleureux et d’une amplitude remarquable. Mais de là à parler de son à 360°, on en est plutôt loin.

Difficile en effet d’atteindre cet idéal avec la couche de plastique noir qui recouvre l’embase de l’enceinte. Il semblerait qu’elle assure des aigus précis et des graves qui s’affirment. C’est à partir de 40 Hz que les lignes de basse se font entendre, les rendant difficiles à fondre dans les bas médiums. Les graves gagneraient en effet à être plus précis. La présence du bulbe transparent qui surplombe l’appareil n’aide pas vraiment pour l’harmonie acoustique.

On remarque malheureusement aussi une restitution de signal stéréo par les haut-parleurs, ce qui s’oppose totalement à la restitution omnidirectionnelle qui est promise. À l’issue de ce test sur l’Harman Kardon Aura Station 2, tout ce qu’on retient de cette enceinte est qu’il s’agit d’un modèle d’émission par l’avant.

Notre avis sur l’enceinte Harman Kardon Aura Station 2

Que retient-on  de cette enceinte sans fil Harman Kardon Aura Station 2 à l’issue de ce test ? Ce qui séduit le plus, c’est assurément son design et le concept 2 en 1 qu’il vend. À cela s’ajoute la présence du Bluetooth multipoint qu’on ne retrouve pas sur toutes les enceintes. Enfin, l’émission sonore a le mérite d’être peu directive, sans atteindre la promesse de son 360°.

Si on occulte tous les défauts de la connectivité et qu’on s’attarde au son, on retient des graves mal gérés et une importante distorsion lorsque le volume est monté à son maximum. A ce tarif (autour des 260€), il vaut mieux passer son chemin et vous reportez sur une enceinte WiFi dont la qualité sera largement supérieure comme la Bose SoundTouch 20 série III, dont vous pouvez lire le test ici.

Un objet aussi beau soit-il ne doit donc pas se détourner de sa fonction première au risque de finir en banal objet de décoration rapidement. C’est typiquement le cas pour cette enceinte au design intéressant mais dont la qualité est insuffisante.

Agrandir sa maison en 3 étapes avec une véranda

Vous souhaitez agrandir votre maison en aménageant une nouvelle pièce. Pourquoi ne pas installer une véranda ? Un nouveau lieu de vie où vous...

Comment bien choisir son plombier ?

Que ce soit pour une fuite d’eau, un problème de canalisation ou pour installer vos sanitaires, vous aurez besoin de recourir aux services d’un...

Un récupérateur d’eau de pluie design et décoratif

L’eau est une ressource rare, c’est donc une denrée précieuse qui doit être utilisée avec un souci de préservation qui bannit tout gaspillage. Pour...

Et si le confinement vous servait à revoir votre déco ?

Depuis quelques jours, vous êtes forcé de vivre à l’intérieur de votre logement à cause du confinement obligatoire. Il va donc falloir...

À la découverte de l’artisanat japonais d’excellence

Ambassadrice de l’artisanat traditionnel japonais, la maison Wa présente les nombreuses créations d’excellence sélectionnées par l’association Densan. Un label réputé qui, avec le soutien...

Combien coûte une baie vitrée 3 vantaux ?

Les baies vitrées se sont largement développées ces dernières années, et elles peuvent avoir différents formats pour s’adapter à différents styles : pour l’ouverture...